≡ Menu

Commentaire de livre: « L’homme qui donnait son avis » de Andy Andrews

Si vous faisiez un petit changement de perspective, croyez-vous pouvoir déclencher un grand changement dans votre expérience du bonheur? C’est la question à explorer dans le livre «L’homme qui donnait son avis», la traduction de «The Noticer», du conférencier-motivateur américain Andy Andrews et maintenant offert par Les Éditions Le Dauphin Blanc.

L’histoire se passe sur les plages du Golfe du Mexique dans l’état de l’Alabama. Andrews raconte comment il a rencontré son mentor, un vieil homme qui veut qu’on l’adresse tout simplement par le nom de « Jones ». Le don de Jones est de remarquer des détails précis à propos des gens, ce qui lui amène à leur poser des questions à réflexion profonde. Lorsque Andrews croise Jones, cela devient le catalyseur pour un changement important dans la vie d’Andrews, lui permettant de se transformer de son existence vagabonde pour devenir un conférencier-motivateur et de se bâtir une vie de famille solide.

L’histoire se poursuit en décrivant des épisodes lorsque Jones croise diverses autres personnes qui vivent eux aussi leurs moments de crise: un couple sur le point de divorcer, un entrepreneur qui a dérogé trop souvent à ses principes, un groupe de jeunes sur le point de finir leurs études, une vieille dame désespérée qui craint que sa vie n’a plus de sens…

Chaque vignette présente un message qui se relie au thème central: le bonheur est une question de perspective. La perspective conduit à la sagesse: « la capacité de voir, à l’avenir, les conséquences de ses choix dans le présent. » En se détachant de sa peur et se concentrant davantage sur la reconnaissance, on peut modifier sa perspective pour remarquer de nouvelles possibilités, accepter l’encouragement et gagner de la confiance.

Le livre dans son ensemble se lit assez bien. Le début du livre a retenu mon attention particulièrement par sa saveur autobiographique, ce qui me plaît. Aussitôt que la narration change de vitesse afin de partager des rencontres que font Jones avec d’autres personnes en situation de crise, le ton me rappelle les téléromans à petit budget: le dialogue est trop raide et l’histoire se sent artificielle. Cependant, j’étais prêt à voir au-delà de ces limitations pour recueillir quelques citations intéressantes de la sagesse de Jones :

  • « Tout le monde souhaite se retrouver au sommet de la montagne. Mais n’oublie pas une chose, les sommets des montagnes sont des endroits rocailleux et froids où il n’y a rien qui puisse pousser et croître. Bien sûr, le panorama y est superbe, mais quel avantage procure-t-il, au juste? Ce panorama nous donne un bref aperçu de notre prochaine destination – notre prochaine cible. Et pour atteindre éventuellement cette cible, il nous faut redescendre la montagne, traverser la vallée et commencer à gravir le prochain versant. Et dans la vallée, nous progressons péniblement à travers la végétation luxuriante et le sol riche et fertile, nous faisons l’apprentissage de ce qui nous permettra de gravir notre prochain sommet dans la vie. »
  • « Lorsque tu fixes ton attention sur les choses dont tu as besoin, ces besoins augmentent. Si tu concentres tes pensées sur ce que tu ne possèdes pas, tu risques alors de prêter attention aux choses que tu avais oublié que tu ne possédais pas – et de te sentir encore plus mal! Si tu fixes tes pensées sur ce qui manque, il y a de fortes chances que tu te retrouves perdant au bout du compte… Mais une perspective axée sur la gratitude procure le bonheur et l’abondance dans la vie d’une personne. »
  • « Une vie remplie d’occasions favorables et d’encouragement engendre davantage d’occasions favorables et d’encouragement, et la réussite devient alors inévitable. »
  • « Lorsque les doutes et les craintes nous assaillent, nous évaluons inconsciemment quelles sont nos possibilités. ‘Ceci risque vraiment de se produire!’ nous disons-nous alors, ou : ‘Que se passerait-il si…?’ Et bientôt nous sommes si paralysés par l’idée qu’un désastre est imminent que nous n’arrivons plus à fonctionner au travail – et même nos relations s’en trouvent affectées. Notre imagination nous entraîne sur la voie de notre propre destruction. Ce que tu dois faire à présent – pour contrer l’effet de cette logique funeste par le moyen d’une logique saine – est d’empêcher ton subconscient d’évaluer les différentes possibilités. Au lieu de cela, il te faut orienter ta pensée de manière à évaluer plutôt les probabilités. Tu peux apprendre très rapidement comment mesurer quelles sont les chances qu’un événement se produise, et même éliminer complètement cette option de ton champ de vision, n’en faisant qu’une très vague possibilité dans ta vie. »
  • « Une manière de définir la sagesse est la capacité de voir, dans le futur, les conséquences des choix que l’on fait dans le présent. »
  • « Ta ‘perspective d’ensemble’ risque de ne jamais s’avérer un chef-d’œuvre si tu négliges les petits coups de pinceau. »
  • « Le pardon est quelque chose de bien différent de la confiance et du respect. Le pardon concerne le passé. La confiance et le respect concernent le futur. Le pardon relève des autres et il peut t’être accordé, mais la confiance et le respect reposent entre tes mains à toi… et ils doivent être mérités. »

La dernière partie du livre propose un ensemble de questions de discussion à propos desquelles il serait intéressant de partager autour d’un bon café et des muffins.

Globalement, il s’agit d’une belle histoire, mais pas nécessairement de quoi qui a changé ma vie, car j’ai entendu la plupart de ces messages auparavant. Un problème majeur avec ce livre est sa structure de syntaxe, en ce que Andy Andrews change de voix, de la première personne lorsqu’il décrit ses propres rencontres avec Jones, à la troisième personne en décrivant les rencontres d’autres personnes avec Jones, mais comme une narration. (En vérifiant, c’est un problème qui vient de la version originale en anglais).

Si vous aimez les allégories comme « Qui a piqué mon fromage », « Le millionaire minute », ou « Safari pour l’âme », ou des films tels que « Le Secret », vous aimerez probablement ce livre. De mon côté, pour ce type d’inspiration, je préfère les livres qui sont plus ancrés dans la réalité, tels que les biographies, me laissant moi-même en tirer les messages. Toutefois, à voir les vidéos d’Andy Andrews, il me semble être un conteur que je dirais pas non d’aller voir sur scène.

Ce livre m’a été offert en cadeau par Pierre Giguère de http://www.gotopshape.com , et je lui remercie. Un passage en particulier a résonné avec moi en ce moment de guérison dans ma vie. Je considère cette idée comme le «retour» sur mon investissement en temps et c’est pourquoi je donne à ce livre trois étoiles sur cinq.

Pour plus d’informations

Lien d’achat sur GoTopShape.com: http://www.gotopshape.com/livre/80/

Site d’Andy Andrews: http://www.andyandrews.com

Page Facebook du groupe de discussion: http://www.facebook.com/group.php?gid=137907532907661

Vidéo par Andy Andrews:

(Le quai à Orange Beach) http://www.youtube.com/watch?v=OT08yLf–HA

(Bande annonce pour le livre – en anglais) http://www.youtube.com/watch?v=49iGwJv8a6Y

Page YouTube de Andy Andrews: http://www.youtube.com/user/AndyAndrewsdotcom

1 comment… add one

Leave a Comment

Next post:

Previous post: