≡ Menu

Actifs, passifs et bebelles: l’importance de développer son intelligence financière

Je suis un maniaque de gadgets. Je les aime parce qu’ils répondent directement à mes pensées, ils sont des extensions de moi. Je me sens très à l’aise entouré de technologies.

Mais cet amour de l’électronique était aussi la cause de ma première leçon en affaires, une leçon qui m’avait coûté cher.

L’année est 1994. Je venais de prendre une retraite anticipée des Forces armées canadiennes à l’âge mûr de 31 ans, décidant de me lancer en affaires comme consultant en technologie et en m’installant dans le centre d’incubation d’entreprises technologiques à Calgary (Alberta).

Comme tout bon travailleur autonome en démarrage, j’ai monté un plan d’affaires dans lequel j’ai choisi de me créer un petit laboratoire en analyse des images, ma spécialité technologique. En 1994, cela voulait dire procurer des ordinateurs avec des modules spéciaux pour traiter les images, et aussi de l’équipement vidéo haut de gamme. J’avais de l’expérience dans le domaine, car mon travail dans le militaire était de monter un laboratoire semblable, sauf qu’alors j’avais accès à un budget d’un couple de millions de dollars et une équipe d’une trentaine de techniciens spécialistes. J’ai décidé que je pouvais m’en tirer avec un investissement d’environ 100000$ (en dollars de 1994).

J’avais une bonne mise de fonds personnelle pour me lancer en affaires, mais j’ai calculé que pour assurer mon succès, j’aurais besoin d’un fonds de roulement de 70000$ de chez mon banquier du coin, une somme qu’il m’a prêtée avec le sourire. Car j’étais convaincu qu’aussitôt mon bureau serait ouvert,  les clients courraient vers moi tellement que mon offre était intéressante, et j’aurais amplement de revenus pour rembourser le prêt.

Vous pouvez probablement deviner ce qui est arrivé. J’ai eu le prêt, j’ai acheté l’équipement tout de suite, je n’ai pas eu de clients pour le service dont j’avais investi l’argent (ils venaient à moi pour d’autres choses), et l’équipement était devenu désuet et sans valeur de revente à peine 18 mois après l’avoir l’acheté. C’était le début de mes problèmes de flux de revenu qui ont duré des années.

Suite à des mésaventures dans le monde des dotcoms et l’effondrement de mon marché de clients après les attentats de 2001, j’ai déclaré une faillite personnelle pour me sortir du trou d’environ 250000$ dont je m’étais creusé. La période de la faillite était difficile pour moi, car je ne comprenais pas la cause de ma situation, jusqu’à ce que je tombe sur un livre qui a littéralement changé ma vie: « Père riche, père pauvre » de Robert Kiyosaki.

J’avais dévoré le livre dans un soir tellement que j’avais faim pour cette information. Et me suis rendu compte de trois choses:

1. Nulle part dans mon cheminement éducatif, mon développement professionnel ni dans ma formation d’entrepreneur, on ne m’avait expliqué comment fonctionnent les finances.

L’argent fait parti intégral de notre vie. Mais à aucune étape, que ce soit au primaire, au secondaire, à l’université, je n’ai eu un cours qui m’a aidé à comprendre comment fonctionnent les finances. À mon collège, j’avais à suivre un cours d’économie (macro et micro-économie). Mais ce cours n’avait aucun lien avec mon portefeuille.

J’avais même choisi de suivre un cours de soir sur la comptabilité, car j’avais à gérer des budgets. Mais encore, la logique de la chose m’échappait, car c’est la gestion de fonds du point de vue du banquier ou du bailleur de fonds. Même aujourd’hui, les cours de démarrage d’entreprise manquent à l’appel sur la question de développer l’intelligence financière.

« Père riche, père pauvre » était le premier livre qui réussissait à m’éclaircir à propos de toute cette question de comment fonctionnent les finances. Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de ressources du genre, mais les compétences en finances ne sont pas encore assez développées chez ceux qui se lancent en affaires. Le résultat, c’est qu’on créé des générations d’entrepreneurs qui doivent découvrir par essai et erreur les principes de l’intelligence financière. C’est une éducation qui coûte cher, autant pour l’entrepreneur que toute la société.

2. La liberté financière vient de la création de systèmes qui génèrent un flux continu de revenu qui nous libère à faire ce qu’on veut avec notre temps.

Lorsqu’on est employé, on échange notre temps pour de l’argent. Lorsqu’on ne facture pas notre temps, on n’a pas d’argent. Le but d’être en affaires c’est d’investir notre temps, notre énergie et nos ressources (incluant l’argent) pour générer des flux continus de revenu (indépendant de notre temps), qui nous donnent la liberté de faire ce qu’on veut avec notre temps.

Trop d’entrepreneurs sont pris dans le cycle de survie parce qu’ils ne comprennent pas ce principe: qu’un objectif essentiel d’être en affaires c’est de bâtir des systèmes de création de revenu. Cela m’a pris une faillite personnelle pour me faire réveiller à la réalité de la chose.

3. Le fondement de l’intelligence financière se résume à trois énoncés simples:

Un actif met de l’argent dans ma poche.

Un passif sort l’argent de ma poche.

Tout le reste, ce sont des bebelles.

C’est aussi simple que ça. C’est pour cela que je loue ma demeure au lieu d’acheter, que je me suis départi de ma voiture, que je maximise les actifs et minimise les passifs et les « bebelles » pour maximiser ma qualité de vie. Chaque fois que je sors de l’argent de ma poche pour acheter quelque chose, je me pose la question « comment cette dépense créera-t-elle un retour pour rembourser cette dépense, avec intérêt? ».

Je ne veux pas dire qu’il faut interdire les dépenses sur le plaisir ou les choses, mais plutôt de réfléchir avant de dépenser, surtout en affaires, en se posant la question: « Quelle est le retour sur investissement (tangible ou intangible) sur cette dépense? »

Je suis loin d’être toujours fidèle à ces consignes. L’intelligence financière demande aussi une discipline personnelle. Mais lorsque je me rends compte que j’ai gaspillé de l’argent sur quelque chose, je n’ai qu’à mettre le blâme sur moi.  L’intelligence financière c’est un actif très précieux qui vous aidera à réussir dans vos projets d’affaires, car c’est ce qui distingue la mentalité de l’employé versus celle de l’entrepreneur.

Pour plus d’informations

Le célèbre livre de Robert Kiyosaki « Père riche, père pauvre » est un incontournable
(lien Renaud-Bray) http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=3824
Sauf je recommande de ne pas suivre ses recommandations spécifiques d’investissements (la situation a changé depuis qu’il a écrit le livre, aussi  ça se passe aux États-Unis). Examinez plutôt le fil conducteur derrière sa façon de penser.

Articles reliés sur ce blogue:

Bonne dette, bad dette
http://blogue.davender.com/2010/08/bonne-dette-bad-dette/

Vive la prospérité volontaire!
http://blogue.davender.com/2009/08/vive-la-prosperite-volontaire/

Articles reliés sur mon blogue en anglais:

What Keeps Me (And Probably You) Awake At Night
http://blog.davender.com/2010/04/what-keeps-me-and-probably-you-awake-at-night/

Basic Money Math For Self-Employed Shoppers
http://blog.davender.com/2008/12/basic-money-math-for-self-employed-shoppers/

How Do You Stash Your Cash?
http://blog.davender.com/2006/02/how-do-you-stash-your-cash/

Image: Major Clanger sur Flickr
Lien direct: http://www.flickr.com/photos/major_clanger/60191839/
Utilisée sous licence Creative Commons 2.0

3 comments… add one
  • Jean-Philippe Isabelle 30 novembre 2010, 07:20

    Super article, c’est tres inspirant !! Vous me pretez le livre ? ;0)

  • Olivier Pare 1 décembre 2010, 10:04

    Très bon article Davender et en effet, la société manque de formation et d’information sur comment gérer ses finances, son passif, etc. Je débuterai au début de l’année des dîners conférences justement pour informer les gens. N’hésitez pas à communiquer avec moi pour plus d’infos, je crois que ça pourra vous aider sincèrement à l’atteindre d’une meilleure sécurité financière.

    Cordialement,

    Olivier Paré

Leave a Comment