≡ Menu

Les deux questions qui tuent

Le monde du startup est rempli de gens de passion qui ont des idées qui peuvent changer le monde.

Du moins c’est ce qu’ils croient.

La dure réalité, que tous apprennent tôt ou tard, c’est juste parce que c’est possible de faire quelque chose ne veut pas nécessairement dire que cela devrait être fait.

Le coût de se lancer en affaires aujourd’hui est tellement bas que la barrière qui distingue réussite de l’échec n’est pas de construire son offre, mais d’en faire une entreprise viable.

D’où l’importance de découvrir les réponses à ces deux questions cruciales le plus rapidement possible:

  • Devons-nous construire ce produit ou service?
  • Pouvons-nous monter une entreprise rentable autour de cette offre?

La première question mène à la correspondance problème-solution: pour qui notre offre est une réponse attirante et suffisante à un problème urgent ou désir ardent?

Trop souvent l’idée de l’entrepreneur lui arrive parce qu’il découvre un chemin clair et rapide pour monter un produit, basé sur ce qu’il sait faire ou ce qu’il veut faire. Le problème « construisons et ils viendront » c’est que le résultat le plus fréquent c’est qu’ils ne viennent pas.

Il faut partir non d’une idée, mais d’une opportunité: la capacité de répondre à un problème urgent ou un désir ardent. En découvrant notre cible, c’est plus simple de déterminer les fonctionnalités et les qualités de notre offre pour que ce soit quelque chose qui devient adopté et accepté naturellement.

La deuxième question, encore plus fondamentale, fait référence à la correspondance produit-marché: sommes-nous capables d’identifier les gens qui reconnaissent la valeur de notre offre et qui sont prêts à s’y engager avec leur attention et surtout leur argent? Car tôt ou tard il faut monétiser l’entreprise, créer des flux de revenus qui couvrent les dépenses et génèrent assez de surplus pour que ce soit profitable de s’y engager. Ce n’est pas nécessaire que les revenus positifs viennent dès le début du projet, mais il faut être capable de prévoir un processus qui mène éventuellement à des profits.

Puisque ces deux questions menacent l’optimisme naissant de l’entrepreneur startup, c’est très tentant de les mettre de côté et de bâtir son prototype. Ou de faire une analyse de données via le web. La vérité est qu’on ne peut pas arriver à des réponses solides autour de ces questions au moyen de l’analyse – il est essentiel d’aller sur le terrain et d’engager avec le marché et les parties prenantes, avant d’écrire une ligne de code ou autrement commencer à monter son offre.

Passer à l’action et bâtir notre produit est séduisant, parce que cela nous donne l’impression de faire du progrès. La recherche de réponses à ces deux questions est difficile, voir même frustrante, car il n’y a pas de certitude ni de point d’arrivée. Ce sont deux questions qu’il faut se poser chaque jour, et à chaque étape de son projet d’affaires, car les réponses évoluent avec le temps, soit de façon positive ou négative.

Le principe fondamental du Lean Startup est que la vie est trop courte pour bâtir quelque chose que les gens ne veulent pas. C’est pour cela que ces deux questions sont si importantes.

Vaut mieux tuer l’idée avant que l’idée nous tue.

Pour plus d’informations

Image: Raymond Bryson via Flickr
Lien:  http://www.flickr.com/photos/f-oxymoron/5005146417/
Utilisation sous licence Creative Commons

0 comments… add one

Leave a Comment