≡ Menu

QuebecStartupDans son livre « Startup Communities« , Brad Feld souligne l’importance de faire en sorte que tous les membres de l’écosystème entrepreneurial se rencontrent régulièrement pour réseauter, partager et s’encourager.

C’est l’objectif premier du « Québec Startup Breakfast Club« : fournir un environnement « sans pitch » et « sans vente » pour que les Leaders et les Feeders se rassemblent et créent une communauté d’entraide.

Le Québec Startup Breakfast Club se réunit normalement le premier et le troisième mercredi matin de chaque mois, toujours au Casey’s de Place Ste-Foy (2450 boul Laurier)

Lors de chaque rencontre, un entrepreneur (« Leader ») aura l’occasion de partager son projet en détail, pour recevoir des suggestions et du feedback des autres membres présents. Profitez-en pour faire connaître votre projet!

Agenda:

7h30: Accueil: Arriver, saluer les autres personnes prendre un café et faire sa commande (à vos propres frais)

7h45: Partage: Tour de table, chaque personne a 60 secondes pour se présenter, partager son progrès, ses réussites et ses apprentissages.

8h00: Présentation: Un participant a 15 minutes pour présenter son projet, ou partager une problématique ou une situation où vous voulez avoir l’avis du groupe. Si vous voulez être choisi pour partager, svp l’indiquer lors de votre inscription et nous serons en contact avec vous.

8h15: Discussion: Le groupe donne du feedback et/ou discute du sujet pendant 20 minutes.

8h35: Résumé: La personne qui a présenté a 5 minutes pour résumer les commentaires.

8h40: Annonces: Petites annonces (activités, demande de répondants à des sondages, etc). 60 secondes max par personne.

8h45: Conclusion: Tour de table, chaque personne a 60 secondes pour partager ce qu’elle retient de l’expérience

8h55: Réseautage libre: Paiement des factures, réseautage libre. La partie la plus intéressante de la matinée – donnez-vous au moins une autre 30 minutes pour faire des suivis et échanger des cartes!

Activités à venir (svp réservez votre place via Eventbrite)

mercredi 15 mai
http://qsbc20130515.eventbrite.com/

mardi 4 juin
http://qsbc20130604.eventbrite.com/

mercredi 19 juin
http://qsbc20130619.eventbrite.com/

mercredi 3 juillet
http://qsbc20130703.eventbrite.com/

0 comments

Avez-vous une idée de startup haute-performance technologique qui peut changer le monde?

Ou bien, connaissez-vous quelqu’un qui travaille sur une innovation à commercialiser?

Profitez d’une occasion unique au Québec pour élaborer et valider votre stratégie de lancement de votre projet d’affaires et de recherche de capital!

FastTrac® TechVenture™ Québec est un programme de formation, de coaching et de mentorat qui vise à préparer les entrepreneurs en hautes technologies de tout domaine. Le but : vous guider dans la validation et l’élaboration de votre modèle d’affaires, tout en apprenant à le communiquer avec clarté et conviction auprès d’investisseurs, de clients et de partenaires. Ainsi, vous serez en mesure d’obtenir les ressources financières et opérationnelles nécessaires à la réalisation de votre projet.

C’est un programme qui s’adresse à différents profils d’entrepreneurs:

– L’innovateur qui veut valider la faisabilité commerciale de leur produit ou service;
– Le chercheur, le scientifique ou l’académique qui veut établir la faisabilité commerciale de sa recherche;
– L’entrepreneur qui démarre son entreprise qui est à l’étape de définir son concept et son marché;
– L’entrepreneur ayant une entreprise existante à la recherche de capital de risque (ange, crowdfunding ou autre);
– L’entreprise existante avec des besoins importants en capitaux qui cherche à raffiner leur présentation aux investisseurs;
– L’entrepreneur techno à l’étape de découverte ou de validation ou qui doit faire un pivot d’offre, de marché ou de positionnement;
– L’entrepreneur technologique en démarrage qui prépare sa participation à un programme d’accélération;
– L’entrepreneur technologique qui se positionne pour une croissance rapide (sans nécessairement avoir besoin de financement au moment présent);
– Et finalement, tout entrepreneur technologique haute-performance qui veut progresser rapidement avec un plan stratégique réfléchi et validé.

FastTrac® TechVenture™ Québec a été développé par la prestigieuse Kauffman Foundation, et est offert par Québec International en partenariat avec Startup-Académie. Nous avons bonifié le contenu du programme pour intégrer les meilleurs outils de développement d’entreprise techno haute-performance. De plus, vous aurez l’occasion d’agrandir votre réseau de soutien professionnel en côtoyant des experts de domaine de notre région.

Déjà deux cohortes ont profité du programme pour passer aux étapes de recherche de capital et d’opérationnalisation de leur entreprise. Ne ratez pas cette opportunité de croissance de votre entreprise!

CALENDRIER

La prochaine cohorte de FastTrac® TechVenture™ Québec aura lieu du 7 mars au 3 mai 2013. Le programme consiste en dix jours d’activités sur une période de huit semaines:

7 – 8 mars 2013
21 -22 mars 2013
4 – 5 avril 2013
18 -19 avril 2013
2 – 3 mai 2013

*Notez que toutes les sessions sont obligatoires et auront lieu de 8h30 à 16h30 chaque jour, à l’INRS, 490 de la Couronne, Québec (Qc) G1K 9A9.

Entre les sessions, vous avez accès à du coaching et de l’accompagnement en groupe et en individuel, ainsi que l’accès à un portail de ressources en ligne et à un réseau d’experts.

PROFILS RECHERCHÉS

Nous cherchons, en particulier, des entrepreneurs qui proposent des innovations technologiques dans les domaines suivants:

– TIC/Web (mobile / social / local / SaaS / B2B ou B2C)
– technologies vertes (incluant énergie, efficacité, recyclage, réclamation, contrôle de processus, eau, terre, environnement)
– technologies de la santé, sciences de la vie (sauf pharmaceutique)
– biotechnologies
– technologies industrielles (incluant électro-optique, photonique, géomatique, mécanique, électronique, RFID, « internet des choses », communications)
– technoculture (jeu vidéo, gamification, technologies du son et image)
– tout autre innovation technologique protégeable

Que vous soyez à l’étape d’idée, de définition de projet, d’écriture de plan d’affaires ou bien vous avez déjà une plateforme de démonstration ou des clients et des revenus, tout entrepreneur innovant qui est le bienvenu.

INVESTISSEMENT

Ce programme, d’une valeur de 3000 $ par entrepreneur, est soutenu financièrement en partie par la Ville de Québec.

Votre investissement est de 1500 $ (plus TPS/TVQ).
Si vous vous inscrivez avant le 23 février vous pouvez profiter d’un tarif préférentiel à 750 $ (plus TPS/TVQ)

Lien d’inscription:
http://www.quebecinternational.ca/calendrier-d-activites/2013/03/fasttrac/

Votre investissement vous donne accès aux journées de formation, aux séances de coaching, au portail d’informations, cahier de participant et beaucoup plus!

POUR PLUS D’INFORMATIONS

Pour plus d’informations, je vous invite à visiter la page du programme sur le site de Québec International:

http://www.quebecinternational.ca/fasttrac/

Les places sont limitées, alors nous vous demandons de réserver auprès de :
Sébastien Tanguay,
Directeur, entrepreneuriat technologique chez Québec International
418 681-9700, poste 261
stanguay@quebecinternational.ca

ou moi-même
Davender Gupta
Facilitateur certifié, FastTrac TechVenture chez Startup-Académie
418 948-1553
coach@davender.com

SESSION D’INFORMATION

Pour mieux comprendre ce qu’est FastTrac® TechVenture™ Québec et pour répondre à vos questions, nous offrons une session d’information gratuite:
– lundi 18 février 2013, 8h-9h
chez Québec International, 1175, avenue Lavigerie, bureau 300, Québec G1V 4P1

Vous pouvez aussi adresser vos questions directement soit à Sébastien ou à moi.

J’espère que vous pourrez participer à ce programme très important pour faire accélérer votre recherche pour les ressources, les stratégies et le financement pour propulser votre entreprise à la prochaine étape.

0 comments

TEDxQuébec: Rien d’élitiste ici

C’est tentant d’accuser le mouvement TED d’élitisme: le prix d’entrée astronomique pour l’événement phare en Californie (et c’est seulement si on réussit à se faire inviter), les vidéos, le marketing, le contrôle fanatique de la marque. Et les sujets, certains fantastiques, d’autres bombastiques, mais présentés dans un format hyperstructuré, aussi stylisé qu’un iProduct d’Apple.

Maintenant, je comprends mieux le design conscient au coeur de TED: des idées qui méritent d’être partagées méritent aussi d’être rodées, polies et bien pratiquées, pour découvrir l’élément fondamental de l’idée qui suscite la bonne question et provoque naturellement le partage.

Les meilleures idées sont celles qui nous font réfléchir à propos du cadre à travers lequel nous voyons le monde. Et c’est précisément pourquoi TEDxQuébec a frappé en plein dans le mille. Du thème choisi, « Contrastes », aux conférences qui provoquent le rire, les larmes, le drame et l’empathie, TEDxQuébec m’a fait questionner certaines de mes croyances, tout en me rassurant que je n’étais pas le seul à en penser d’autres.

La première conférencière, et celle que j’ai aimée le plus, Cynthia Sheehan, « L’identité ou l’obsession du nous et eux », a mis en mots ce que je pense, surtout de ce temps-ci: pourquoi tenons-nous à diviser notre monde en « nous » et « eux » selon des tribus arbitraires, et de la tendance à vouloir exclure des personnes selon une différence autrement insignifiante, que ce soit linguistique, culturel, ou philosophique. Même moi je succombe à la tentation de me donner des étiquettes pour me rassurer de mon appartenance à mes collègues ou mes amis, même si certaines de ces étiquettes ne collent pas tout à fait à la complexité de mes croyances, mes valeurs, et mon expérience de vie. Pourquoi je le fais? Hmmm…

Une autre conférence m’a fait réfléchir était celle de Stéphane Roche « Dessine-moi ta ville intelligente ». J’ai été surpris de me rendre compte de la vérité que notre conscience d’où nous sommes dans le temps et en endroit n’est pas nécessairement dictée par notre présence corporelle physique. Par exemple, une discussion sur Skype me fait sentir comme si je suis dans la ville de mon interlocuteur – ce qui m’arrive souvent lorsque je Skype un contact aux États-Unis, j’oublie que je suis à Québec. Ou quand je regarde un vidéo, je me transporte dans le passé comme si j’étais là. Donc la nature de la spatialité est plus conceptuelle que physique. Ce qui me rassure puisque même si je vis à Québec, je veux rester connecté avec le monde entier. Dieu merci pour le web et les médias sociaux, qui m’aident à entretenir ces connexions, sinon je suis certain que je ne sentirais pas chez moi (idée qui revient à la thèse de Cynthia plus tôt).

Sans aller dans les détails, les autres présentations m’ont tous aussi intrigué les uns les autres. J’ai hâte de voir les vidéos qui ressortent de l’événement, qui seront affichés sur http://www.tedxquebec.com

Outre les conférences, ce qui m’a le plus marqué, c’est l’esprit de communauté qui s’est créé autour de ce projet. Je me rappelle la première rencontre que j’ai eue avec Denis François Gravel au Café Krieghoff au tout début de 2011, lorsqu’il partagea avec moi son désir de voir un TEDx se réaliser à Québec. C’était une idée qui circulait entre lui et moi pour plusieurs mois, jusqu’à ce qu’un jeune passionné en la personne de René-Pier Légaré-Bouchard nous a contacté via le site TED.com à l’automne, pour dire que lui aussi voulait un TEDx à Québec. L’ajout de René-Pier à l’équipe fut le coup de pied nécessaire pour nous faire passer à l’action. Et tout le reste de la production s’est développé de la même façon, une communauté formée de personnes qui se sont présentés spontanément et qui ont ajouté soit un peu, ou soit beaucoup, mais toujours le bon élément au bon moment.

J’ai dû me retirer du projet TEDxQuébec au printemps pour des priorités professionnelles. Mais je me rends compte maintenant que moi aussi, j’ai contribué exactement ce dont j’avais à contribuer, au bon moment. Aucun regret, beaucoup de gratitude.

TEDxQuébec est un effort collectif d’une communauté avec mission de partager les idées qui méritent d’être partagées. Le cadeau des bénévoles c’est d’avoir pris le temps et l’effort de pratiquer, de roder, et de polir chaque aspect des présentations, du visuel, du décor, de l’accueil, de la promotion et de la programmation, pour enlever tout ce qui pourrait distraire et de ne conserver que l’essentiel du message. C’est un effort héroïque sans attente de retour monétaire, un dévouement qu’on voit trop peu souvent de nos jours.

Il n’y a rien d’élitiste à voir ici. C’était tout simplement la démonstration d’une collectivité qui s’élève à son plus grand dénominateur commun.

[suite…]

1 comment

Les gens me demandent si j’ai gagné « mes élections » avec la victoire d’Obama dans les présidentielles américaines.

Non seulement je les ai gagnées, mais c’est aussi une victoire pour le mouvement du Financement participatif pour investisseurs (Invest Crowdfunding ou Equity Crowdfunding).

En avril 2012, le Président et le Congrès américain ont adopté le JOBS Act (Jumpstart Our Business Startups). Une partie importante de cette législation est l’établissement d’un cadre légal pour le Financement participatif pour investisseurs (FPI), une façon d’utiliser son réseau social comme levier pour du financement de démarrage d’entreprise.

Le Securities and Exchange Commission doit monter les règlements pour le FPI d’ici le 31 décembre 2012 (mais les experts dans le domaine croient que ça ira en mi-2013).

Ce qui veut dire que le Québec, via l’Autorité des marchés financiers et l’Assemblée nationale, doit rapidement passer à l’action pour adopter un cadre réglementaire pour autoriser le FPI. Sinon, nous manquerons une opportunité par excellence d’ajouter un chainon manquant dans la chaine de financement des startups du Québec.

Pour plus d’informations

The JOBS Act: What Startups And Small Business Needs To Know (Forbes)
http://www.forbes.com/sites/work-in-progress/2012/09/21/the-jobs-act-what-startups-and-small-businesses-need-to-know-infographic/

InvestCrowdfundQuébec (blogue à propos du FPI au Québec)
http://investcrowdfund.wordpress.com

JOBS Act sur Wikipedia
http://en.wikipedia.org/wiki/Jumpstart_Our_Business_Startups_Act

1 comment

StartupCanada à Québec

Le 9 juillet dernier, la caravane StartupCanada s’est installé au bistro « technoculture » Le Cercle dans le quartier Nouvo Saint-Roch. L’objectif était de rassembler la communauté émergente des startup techno, dont les atouts sont le jeu numérique, le mobile, la productivité des entreprises et les technologies appliquées. Un public de plus de soixante entrepreneurs se sont réunis pour discuter de comment renforcer le système de soutien au démarrage à Québec.

L’événement s’est ouvert avec un débat animé entre investisseur et entrepreneur. JS Cournoyer, partenaire du fonds montréalais Real Ventures, communiqua la croyance des investisseurs que les startups de Québec ne visent pas assez grand, préférant jouer en sécurité dans le petit marché local. Il a noté que, durant les récents appels à la participation au programme de démarrage FounderFuel et à l’International Startup Festival, la proportion des soumissions des startups de Québec était beaucoup plus faible que prévu. Stéphane Vigot, fondateur et PDG de Caristix.com, un startup de Québec, a défendu le point de vue de l’entrepreneur, que les investisseurs ne font pas assez pour soutenir le développement initial, ainsi que de rendre le processus de recherche de capitaux beaucoup trop compliqué. L’inévitable rivalité Montréal-Québec a électrisé ce débat en panel.

Le forum général de discussion qui s’ensuit a fait l’exploration de comment les startups technos d’ici perçoivent les obstacles qui les empêchent de créer le succès qu’ils veulent. Les recommandations issues de cette discussion tournaient autour de deux points principaux: d’abord, obtenir un accès plus facile à l’information, aux programmes de soutien du gouvernement et aux capitaux, et ensuite dynamiser la communauté des startups technos en créant plus d’événements menés par les entrepreneurs et les réseaux de soutien.

Bien que la ville de Québec accueille des forums de discussion pour la communauté locale techno, tels que « Web à Québec » et « WebCamp Québec », ils ont tendance à être plus orientés vers la technologie. L’événement StartupCanada à Québec fut une étape importante pour l’émergence des écosystèmes technologie de démarrage à Québec. Les entrepreneurs en démarrage venant de spécialités différentes se sont rendus compte qu’ils ont beaucoup en commun, et lorsqu’ils se rencontrent, tout le monde gagne.

[suite…]

0 comments

Cela en prend de toutes les sortes

La croyance populaire veut qu’un entrepreneur soit capable de prendre une idée à l’état sauvage et de l’amener du démarrage jusqu’à une grande entreprise. Mais la vérité est toute autre, car les qualités qui font une réussite changent en cours de route.

Je vois trois grandes catégories de talents de leadership qui interviennent selon le stade du projet:

– le démarreur: qui éclaircit et communique la vision, qui crée l’engouement et prépare les assises du projet. Le démarreur est capable de voir le résultat là où il n’y en a pas encore, de tisser des liens entre différents acteurs et allumer l’engagement des personnes clés;

– le bâtisseur: qui maîtrise comment rassembler les ressources et les efforts pour livrer un résultat tangible de façon efficace; et

– le gestionnaire: qui veille à la pérennité du projet, développant et améliorant les systèmes internes pour que l’entreprise réussisse à long terme.

Rares sont les personnes qui incarnent ces trois rôles. Le démarreur s’épanouit devant les possibilités, mais cette même incertitude fait figer le gestionnaire. Et dans le cas inverse, un démarreur dans un poste de gestionnaire va vouloir « brasser la cage » pour ouvrir des possibilités, au coût de la stabilité. Le bâtisseur a besoin d’objectifs et d’échéanciers précis, faute de quoi il tourne en rond, demeurant occupé, mais non-productif.

Si votre projet n’avance pas comme vous le désirez, considérez la correspondance entre l’étape d’évolution du projet et vos compétences naturelles de leadership. Êtes-vous un démarreur, un bâtisseur ou un gestionnaire? Si vous n’avez pas le bon ensemble de compétences, où pouvez-vous aller le chercher?

Le leader de startup qui apprend à bien reconnaître l’alignement entre son style naturel de leadership et les besoins actuels du projet saura quand intervenir et quand laisser sa place à quelqu’un d’autre, diminuant ainsi son stress et augmentant à la fois la probabilité de succès du startup et la satisfaction du fondateur.

[suite…]

0 comments

Et si vous étiez dix fois plus audacieux?

La montée fulgurante d’Instagram – de zéro à $1 milliard en 24 mois – démontre deux choses:

1. Pivoter, c’est payant! Les fondateurs ont essayé des prototypes pour valider leurs hypothèses, ajustant leur tir pour avoir la bonne correspondance « problème-solution » et « produit-marché« . Ajoutez un peu (beaucoup) de chance, et ils se sont retrouvés au bon endroit avec la bonne offre au bon moment.

2. La clé pour bâtir une entreprise qui a de la valeur, c’est de moins vous soucier de comment créer des revenus maintenant aux étapes de définition et de validation, et vous concentrer plus sur comment faire utiliser votre solution par de vraies personnes. Si vous essayez de monétiser chaque utilisateur dès le début, ils jugeront le risque comme étant trop grand et personne n’essaiera votre offre. Il faut créer une masse critique d’utilisateurs clés (vos champions) avant de passer à la monétisation. Et comme démontre Instagram et bien d’autres startups, il y a des façons de monétiser autre que de faire payer les utilisateurs!

Votre modèle d’affaires et votre modèle financier sont-ils assez développés pour tenir compte de ces leçons?

C’est certain que les leçons d’Instagram s’appliquent directement pour les offres basées sur le web. Et je crois qu’il y a des leçons à appliquer aux projets d’affaires de façon plus générale: si vous pensez trop petit maintenant, vous vous privez de marge de manoeuvre pour grandir plus tard.

Oui, Instagram a su agir rapidement lorsque les possibilités se sont présentées. C’est une rapidité d’action basé sur la clarté de ce qu’ils voulaient, une conviction qu’ils étaient sur la bonne piste, et une discipline d’exécution exemplaire.

Arrêter de penser petit. Que feriez-vous si vous étiez dix fois plus audacieux?

[suite…]

0 comments

Vous comprenez que la recherche de marché est importante pour bien comprendre les critères décisionnels de vos clients cibles. Mais pourquoi j’insiste que vous fassiez des entrevues en personne, au lieu d’utiliser des méthodes qui utilisent votre temps de façon plus efficace, tels que les sondages ou l’analyse des statistiques de votre site web?

J’ai beaucoup aimé l’explication dans l’article « Great Companies Start With Why » sur Inc.com
(traduction libre)

« Les clients ne peuvent pas vous dire ce qui est plus important.

Comme je l’ai mentionné, la partie du cerveau qui contrôle le comportement et la prise de décision ne contrôle pas le langage. Donc apparemment des questions simples comme « Quels sont les qualités du produit qui sont important pour vous? » ou « Quels sont vos besoins primaires? » sont en réalité difficiles à répondre. Tout le monde dit la même chose : je veux des produits de haute qualité, je veux un service de qualité, et je veux beaucoup de fonctionnalités à un prix compétitif.

Alors comment se fait-il lorsqu’un produit est vraiment le meilleur, les gens n’affluent-ils pas nécessairement vers lui ? Et pourquoi des produits non conformes réussissent-ils à vendre quand même? C’est parce qu’il y a d’autres facteurs dans le processus décisionnel.

Il n’est pas que les gens mentent, c’est plutôt qu’ils ont tendance à répondre avec ce qui peut être facilement vu et mesuré : le prix, la qualité, le service, les caractéristiques. Un propriétaire de Harley est en amour avec sa moto, mais posez-lui la question et il vous dira probablement qu’il aime sa Harley en raison de sa conception, son ingénierie et ainsi de suite. Pour ceux qui sont maniaques de Harley-Davidson, ces motos sont tout simplement les meilleures.

Alors posez-vous la question : pouvez-vous définir votre « pourquoi » ? Si vous ne savez pas pourquoi vous faites ce que vous faites, les chances sont nulles que vos clients le sachent non plus. »

Cela revient au principe de base du processus de vente:

Les gens décident d’abord avec leurs émotions,
puis ils justifient leur décision avec des faits.

Faire des discussions en personne vous permet de déceler des indices qui vous aident à comprendre les émotions derrière le processus décisionnel de vos clients.

Ce que vous êtes en train de comprendre, c’est l’ADN de votre offre, la différence qui fera en sorte que les clients iront vers vous au lieu d’avoir à courir vos clients. Si votre positionnement se base seulement sur des facteurs quantitatifs, vous allez perdre, car vous devenez une commodité.

[suite…]

0 comments

Gare au pouvoir du cygne noir

« Il y a des connus connus; il y a des choses que nous savons que nous savons. Nous savons aussi qu’il y a des inconnus connus, c’est-à-dire, qu’il y a des choses que nous savons que nous ne savons pas. Mais il y a aussi des inconnus inconnus, des choses que nous ne savons pas que nous ne savons pas. »
– Donald Rumsfeld, ancien secrétaire de la Défense américain, au sujet de sa conviction qu’il existait des armes de destruction massive en Irak (2003)

Pourquoi pensez-vous que je ne recommande pas de faire une analyse de vos forces, vos faiblesses, des opportunités et des menaces (SWOT), un élément pourtant standard dans tout livre de plan d’affaires?

Parce que chaque fois, les gens sont trop optimistes sur les forces et les opportunités et ne creusent pas assez pour bien se rendre compte de leurs faiblesses et les menaces. Et même s’ils voulaient faire une étude approfondie de ces derniers, ils se situent toujours dans les angles morts.

Ce sont les inconnus inconnus qui vont saboter votre réussite. C’est pour cela que je mets l’emphase que vous pensiez en termes d’hypothèses et de « cygnes noirs ».

Un événement « cygne noir » (Black Swan Event) est quelque chose qui arrive, en dehors de vos hypothèses ou de vos prévisions, qui provoque un impact imprévu sur vos plans. L’événement arrive comme une surprise majeure pour vous, mais avec du recul, l’événement est logique et même inévitable.

La plupart des plans supposent que les tendances actuelles se poursuivront dans le futur, ou tout au moins s’il y a des changements, ils se produiront progressivement. En réalité, ce qui se passe le plus souvent, c’est que des événements imprévus créent une discontinuité majeure, vous plaçant dans une situation où la prochaine étape n’est pas évidente (ou prévisible).

Que ce soit des événements lointains, comme de turbulences en Égypte, ou des chocs économiques comme le prix de l’énergie, une grève, des avancements technologiques ou l’apparition d’un joueur majeur dans votre espace compétitif, ce sont ces « inconnus inconnus » qui finissent par vous surprendre.

Le concept de cygne noir vient du livre de Nassim Nicholas Taleb: « The Black Swan: The Impact Of The Highly Improbable » (Le cygne noir: la puissance de l’imprévisible). L’auteur est un expert en ingénierie du risque qui a commencé sa carrière comme mathématicien et investisseur dans les marchés boursiers, d’où son obsession avec les événements non prévisibles.

Bienvenue en « Extremistan »

Un événement cygne noir:

1. est une surprise pour l’observateur au moment où il arrive,

2. provoque un impact majeur qui oblige une réaction ou une réponse immédiate,

3. avec le recul, l’événement était prévisible, le plus souvent réfutant une hypothèse clé sur laquelle le plan ou le système était basé.

La probabilité qu’arrive un événement cygne noir est directement liée à la qualité des hypothèses qui sont sous-jacentes au plan. Chaque plan est fondé sur des hypothèses, soit conscientes ou inconscientes: surtout le fait qu’il y ait une certaine stabilité à son environnement économique, politique et technologique. Beaucoup ont comme hypothèse que le monde peut être modelé selon une distribution normale (courbe en cloche) – ce que nous voyons autour de nous est une situation moyenne. La courbe en cloche est facile à visualiser, facile à expliquer, et a l’avantage d’être mathématiquement prévisible. C’est également une hypothèse dangereuse. Taleb surnomme cet état d’esprit le « Mediocristan », parce que la prévisibilité de la distribution normale induit le planificateur vers un sentiment de fausse sécurité.

Dans la vraie vie, il arrive tous les jours des événements extrêmes qui causent un impact réel. Taleb appelle cette situation l’ « Extremistan », et au lieu d’utiliser la courbe en cloche pour représenter la réalité, il propose de voir les tendances comme plus fractales que la normale: que l’évolution se fait en segments brisés et discontinus au lieu d’être en courbes lisses et rondes.

Alors que la distribution normale du « Mediocristan » est basée sur l’idée que des événements-surprises sont des aberrations, dont les effets s’estompent dans le temps pour que les choses reviennent éventuellement à la normale, un vision fractale de type « Extremistan » accepte l’arrivée des événements imprévus de type cygne noir comme points de départ vers une nouvelle voie évolutive: le passé est le passé, qui ne reviendra jamais.

La planification dans un monde de cygnes noirs

Que signifie tout cela pour l’entrepreneur en démarrage? La plus grande faiblesse des plans de projet réside dans les hypothèses qui sous-tendent le plan. C’est pourquoi j’aime la citation Rumsfeld au début de ce billet, qui résume précisément pourquoi la guerre en Irak a mal tourné: l’effet imprévu des « inconnus inconnus ».

L’entrepreneur en startup vise à livrer un nouveau produit ou service sous des conditions d’incertitude extrême. Donc en partant, il choisit de vivre en « Extremistan » et non pas en « Médiocristan ».

La méthodologie classique de planification d’affaires veut que notre environnement soit en équilibre statique. Mais il y a un si grand nombre de variables à prévoir et à contrôler, et lorsque vous ajoutez tous les facteurs externes, le problème devient rapidement trop grand pour accoucher d’un plan qui se résume dans un beau document statique.

Le monde réel est chaotique, et il faut en tenir compte.

C’est pourquoi il est très important d’être conscient des hypothèses qui sont sous-jacentes à vos plans et vos objectifs. Définissez vos hypothèses. Recherchez-les. Testez-les. Que faire si la situation change? Ce changement pourrait être à un niveau macro, comme une hausse soudaine des prix du carburant ou une dévaluation de la monnaie, ou à un niveau micro, ce qui se passe si vous êtes blessé dans un accident? Ou un ouragan qui cause une panne de courant? Comment pouvez-vous faire pour que votre planification soit plus résistante aux « inconnus inconnus »?

Tenez pour acquis qu’en étant entrepreneur, vous choisissiez d’être citoyen de l’ « Extremistan » et développez une attitude agile. Définissez un cadre de principes stratégiques pour vous guider dans les décisions tactiques du moment.

Faire du cygne noir votre ami

La stratégie pour les entrepreneurs dans un environnement Extremistanais est de lâcher prise de la planification structurée, et de miser sur une approche agile de prototypage pour reconnaître et agir rapidement sur les possibilités quand elles se présentent.

Taleb est fondamentalement en désaccord autant avec les disciples de Marx que de ceux d’Adam Smith: la raison pourquoi les marchés libres fonctionnent, c’est parce qu’ils permettent aux gens d’agir sur des opportunités momentanées, grâce à un processus agressif d’essai et d’erreur, et non pas en donnant des récompenses ou des «incitatifs» pour les compétences. La stratégie de réussite pour un monde en Extrémistan est de garder le plus de portes ouvertes que possibles, de recueillir le plus de possibilités de cygne noir et d’agir rapidement de façon agile.

Ma conclusion personnelle de la lecture de ce bouquin, c’est que Taleb confirme ma conviction que les entrepreneurs en démarrage doivent mettre de côté le carcan de plans d’affaires formelles, pour d’adopter plutôt une stratégie de prototypage rapide de « Fail. Forward. Fast  » . En accélérant le cycle évolutif, vous pouvez tirer parti des possibilités imprévues et répondre à des événements négatifs d’une manière positive très rapidement. Le cycle c’est d’essayer des choses, puis apprendre, s’adapter et se relancer.

En reconnaissant les faiblesses de vos hypothèses dès le début, et en acceptant que ce qui déterminera le succès de votre projet, c’est comment vous sautez sur les occasions présentées par les «inconnus inconnus ». De cette façon, vous pouvez faire du cygne noir un ami qui ouvre les portes de la réussite lorsque les gens autour de vous sont réduits à la panique.

[suite…]

1 comment

Naviguez les eaux inconnus

Pourquoi est-ce important de faire une étude de marché?

Tout chiffre ne mesure que le passé. Ce n’est pas possible de prédire l’avenir avec certitude en se basant seulement sur le passé. C’est comme si vous essayez de conduire une voiture en ne regardant que dans le rétroviseur.

Revenez à la définition d’un startup selon Eric Ries: « Un startup est une institution humaine qui vise à livrer un nouveau produit ou service sous des conditions d’incertitude extrême « . Puisque vous naviguez en eaux inconnues, comment pouvez-vous choisir l’orientation à poursuivre?

Ce que votre étude qualitative et quantitative vous permet de faire, c’est de bâtir un modèle.

Chaque décision que vous prenez est basée sur un modèle (soit conscient ou inconscient) de comment vous percevez l’avenir. Votre étude de marché, les entrevues que vous faites maintenant et les sondages plus détaillés qui suivront (si vous décidez de les faire) sont tous des informations pour vous aider à bâtir et à valider un modèle qui sert de sextant pour naviguer l’avenir.

Ce modèle n’est pas seulement pour convaincre les investisseurs, mais surtout pour savoir comment attirer de vrais clients qui sont prêts à payer de leurs poches pour votre offre.

Donc dans vos conversations, écoutez bien pour comprendre les préoccupations de vos clients. Utilisez ces informations pour élaborer un modèle qui décrit comment votre offre créée de la valeur pour eux.

Un cadre pratique pour établir votre modèle est de considérer les quatre dimensions de l’innovation: offre, processus, marché ou valeur.

C’est bien d’avoir la confiance pour foncer dans votre projet. Mais il faut aussi s’équiper avec les bons outils pour éviter les icebergs qui peuvent vous surprendre le long de la traversée.

[suite…]

0 comments